Aujourd’hui nous nous attaquons aux mythes qui entourent le plastique. Beaucoup de choses fausses se disent sur le plastique et nous avons pensé qu’une petite mise au point ne serait pas de trop 😉

1 – Le problème du plastique est uniquement un problème de déchet.

 Le problème du plastique va bien plus loin que la simple gestion des déchets. Par exemple, nos déchets plastiques ont un impact terrible sur le bien-être animal. Chaque année, des millions d’animaux meurent suite à une longue agonie, après avoir mangé du  plastique ou s’être retrouvés prisonniers d’un objet conne un amballage de cannette, un anneau de bouteille ou un filet de pêche. De plus, les additifs chimiques contenus dans le plastique et les micro-plastiques sont aujourd’hui devenus un vrai problème de santé publique, puisque ces substances sont déja rentrées dans notre chaîne alimentaire. Donc, non, le problème du plastique n’est pas seulement un problème de gestion des déchets.

2 – Les océans peuvent être nettoyés.

Les médias nous présentent régulièrement de nouvelles inventions, toutes plus originales les unes que les autres, pour nettoyer le plastique des océans. La grande majorité de ces projets permettent de filtrer la surface de la mer et de récolter les morceaux de plastique qui y flottent. Malheureusement, et même si l’on pouvait « balayer » tous les océans, ces machines ne collecteraient qu’une infime partie des déchets plastiques présents dans les océans, et ne résolvent en aucun cas les graves problèmes des micro-plastiques ou des déchets plastiques qui polluent les fonds marins. De plus, si on y regarde de plus près, ces projets sont souvent financés par les grandes multinationales du plastique qui trouvent par ce biais un moyen de verdir leur image pendant qu’elles continuent à promouvoir et à justifier une utilisation massive et irresponsable du plastique à usage unique.

3 – Le plastique se recycle.

C’est certainement le mythe le plus important à mettre en relief. La première chose qu’il faut savoir, c’est que le recyclage ne consiste pas à donner une seconde vie à un objet. Un produit recyclable est un produit dont on peut réintroduire indéfiniment la matière première dans la chaîne de production comme cela se passe pour le verre ou le métal. Dans le cas du plastique, seul 1 déchet sur 10 déposé dans la poubelle jaune est réellement recyclé. Les 9 autres finissent à la décharge, sont envoyés vers des pays comme la Chine ou l’Inde ou incinérés (ce qui est appelé valorisation énergétique, bel euphémisme!). De plus, pour des raisons techniques et économiques, il très compliqué et très onéreux de vraiment recycler le plastique et, à part quelques exceptions, la meilleure chose qui puissent arriver aux déchets plastiques que nous trions, c’est d’être transformés en un nouvel objet non recyclable (ce qui s’appelle le downcycling) : objet en plastique de qualité inférieure, vêtements, etc… En clair, dans la majorité des cas, nous sommes seulement capables de retarder l’arrivée du plastique à la décharge et non de prolonger son utilisation à l’infini. C’est pour cela que la seule solution pour remédier à la pollution plastique est d’en réduire notre consommation.

4 – Les déchets plastiques que nous trouvons sur la plage sont les restes non ramassés des pique-niques de la veille.

Beaucoup de gens pensent que les déchets plastiques que l’on trouve sur les plages sont les déchets des promeneurs ou des gens qui sont venus manger sur la plage la veille et qui n’ont pas ramassé leurs poubelles.  C’est vrai dans certains cas, mais la grande majorité des déchets que l’on trouve sur les plages y sont en réalité déposé par les marées. Et à leur tour, la grande majorité des déchets qui se trouvent dans la mer, viennent de la terre, mais pas de la plage où ils se sont échoués. Ils sont emportés par les rivières et les fleuves, par le vent ou rejetés directement à la mer. Et s’il est en effet de notre responsabilité de ne pasabandonner nos poubelles lorsque nous rentrons de notre journée à la plage, le meilleur moyen d’éviter de polluer les plages est de réduire notre consommation de plastique au jour le jour.

5- Le plastique qui n’est pas fait à partir de pétrole est plus écologique.

Un plastique fabriqué à partir de pommes de terre, de maïs ou de riz n’est pas automatiquement un « bon » plastique. Si on replace les choses dans leur contexte, le pétrole est aussi une matière 100% naturelle puisqu’il est composé de restes organiques (de l’époque des dinosaures :-)). Les plastiques, mal nommés bio-plastiques, qui sont à base de plantes comportent autantd’additifs dangereux pour la nature et la santé humaine que ceux fabriqués à base de pétrole. De plus, ce qui fait qu’un plastique soit bon ou pas n’est pas la matière première qui le compose, mais surtout l’utilisation que l’on en fait. Le véritable problème est que le plus souvent, on ne l’utilise qu’une seule fois pendant quelques minutes alors que c’est une matière extrêmement durable.  Il faut également prendre en compte que l’utilisation d’aliments (ou de leurs dérivés) pour remplacer le pétrole dans la fabrication du plastique à usage unique, pourrait à terme créer une crise alimentaire mondiale et tend à une utilisation intensive de terres de culturecastatrophique pour la biodiverité. Les aliments sont fait pour être mangés, pas pour plastifier la planète!