“Un petit peu de PET pour le petit déjeuner?”, “Je pense qu’il manque à cette soupe une pincée de polypropylène”, “Le polystyrène qu’ils servent dans ce restaurant est excellent!”.

Vous imaginez à quoi pourrait ressembler votre vie si vous mangiez du plastique?

Pas très appétissant non? Et bien, nous sommes désolées de vous le dire, mais en réalité vous mangez du plastique quotidiennement.

LA QUANTITÉ DE PLASTIQUE QUE NOUS MANGEONS

Selon une étude publiée dans la revue Environmental Science and Technology, une personne consomme en moyenne entre 39.000 et 52.000 particules de plastique annuellement selon son âge et son sexe.

Mais l’étude elle-même, indique dans ses conclusions que du fait d’un manque de données, cette quantité pourrait être sous-estimée.

Et les conséquences de cette consommation sont encore plus compliquées à évaluer que la quantité même de plastique que nous ingérions. Comme nous vous l’indiquions dans notre article de blog  sur l’impact du plastique sur les enfants, cette matière est finalement très récente et ses conséquences sur la santé à long terme ne sont pas encore vraiment bien connues.

Or si la recherche démontre que nous mangeons du plastique et que cette matière contient des substances problématiques comme les perturbateurs endocriniens qui altèrent notre système hormonal, il est important de faire quelque chose pour éviter de l’ingérer.

C’est pourquoi nous avons écrit cet article. Une de nos priorités est d’informer les gens sur les dangers du plastique et sur les dernières découvertes à ce sujet. Il nous paraît primordial de vous transmettre toute l’information dont nous disposons et de vous donner des clés afin de vous aider à manger le moins de plastique possible:

SOURCES DE PLASTIQUE #1: LE SEL DE MER, LE SUCRE ET LE MIEL

Selon l’étude “Human Consumption of Microplastics”, plusieurs aliments contiennent du plastique comme par exemple le sel de mer, le sucre et le miel.

L’alternative? C’est simple. Réduire leur consommation.

Pour éviter le sel de mer vous pouvez tout d’abord réduire votre consommation en le remplaçant par des épices. évitez aussi les plats préparés et les aliments qui contiennent beaucoup de sel. Une autre option est de privilégier le sel de montagne ou sel fossile. Le plus connu c’est de sel de l’Himalaya mais il en existe des biens plus locaux comme par exemple le sel de Vallée Salée de Salinas de Añana dans le Nord de l’Espagne.

En ce qui concerne le sucre et le miel, vous pouvez réduire votre consommation en utilisant l’édulcorant le plus naturel qu’il existe: les fruits 🙂

La banane ou la compote de pomme maison sucrent très bien les dessert et les laitages. Les raisins secs sont aussi très bien pour sucrer vos yaourts. Ajoutez des fruits entier à vos gâteaux pour réduire la quantité de sucre ou préparez des biscuits à la banane et aux flocons d’avoine comme ceux-ci.

SOURCE DE PLASTIQUE #2: L’EAU EN BOUTEILLE

Les personnes qui boivent de l’eau en bouteille ingère une quantité additionnelle de 9.000 microplastique chaque année, contre 4.000 pour celle qui consomment l’eau du robinet.

Si la raison pour laquelle vous consommez de l’eau en bouteille c’est parce que le goût de l’eau du robinet ne vous plaît pas, il existe une solution 100% naturel pour purifier votre eau : le charbon actif Binchotan (nous vous expliquons comment l’utiliser dans cet article) et pour la transporter, utilisez une gourde en acier inoxyable .

SOURCE DE PLASTIQUE #3: LES FRUITS DE MER ET LE POISSON

Les poissons, mollusques et crustacés sont victimes de nos déchets plastiques qui finissent dans les océans. Et en particulier, ils ingèrent beaucoup de plastique surtout les animaux filtrants comme les huîtres,, les moules et les coquillages en général.

De cette manière, le plastique entre dans la chaîne alimentaires. Le plancton ingère du plastique, le poisson ingère du plancton et nous mangeons le poisson.

Bref si vous mangez du poisson, nous vous recommandons d’en réduire votre consommation et d’éviter en particulier de manger des fruits de mers car ce sont des animaux que nous mangeons entiers, système digestif inclus ( là où se concentre le plastique).

Bref les moules frites oui, mais avec modération.

SOURCE DE PLASTIQUE #4: LA BIÈRE

Dure nouvelle pour les amateurs de bière.

La bière, même artisanale, est une source importante d’ingestion de plastique. En grande partie du fait de la contamination de l’eau utilisée dans son élaboration.

Bien entendu, la bière n’est pas la seule boisson fabriquée avec à base d’eau. Les jus et les sodas contiennent aussi certainement des microplastiques.

Donc la bière, comme les moules -frites, avec modération.

AUTRE SOURCE DE PLASTIQUE POSSIBLE: LES EMBALLAGES ALIMENTAIRES

En plus du plastique présent dans nos aliments, Kieran Cox, l’auteur de l’enquête, explique: “Beaucoup des aliments analysés étaient crus. Nous n’avons pas pris en compte les couches de plastiques qui emballent les aliments. Je pense qu’il est fort probable qu’il y ait plus de plastique rajouté qu’on ne le pense.”.

Par mesure de précaution, nous vos recommandons de faire vos achats en vrac dans des emballages libres de plastique comme des sacs en coton bio ou des boîtes en inox et silicone  (une matière stable et non toxique, comme nous vous l’expliquons dans cet article).

Et pour les conserver, vous pouvez aussi opter pour des bocaux en verre ou des gamelles en acier inoxydable.

MICROFIBRES SYNTHÉTIQUES: NOUS MANGEONS NOS VÊTEMENTS

Si vous avez eu l’occasion de lire notre article sur les microfibres synthétiques,  vous connaissez déjà l’impact de votre garde robe sur l’environnement.

Mais le nettoyage de nos vêtements synthétiques n’a pas qu’un impact sur les océans mais aussi sur notre alimentation.

De fait, l’étude démontre que les microfibres provenant du textile comme le Nylon ou le Polyester sont les types de plastique qui se retrouvent le plus dans les aliments. Ceci est dû au fait qu’elles arrivent dans la mer directement sous forme de micro-plastique et intègrent très rapidement la chaîne alimentaire.

Mais malheureusement, non seulement nous mangeons ces microfibres qui sortent de nos machines à laver mais ils peuvent aussi arriver directement dans nos assiettes en se détachant de nos vêtements et en flottant dans l’air de nos maisons.

Comment l’éviter? En choisissant des vêtements et du linge de maison en fibres naturelles, en faisant régulièrement les poussières et en ne laissant pas la nourriture à l’air sans la protéger (pour couvrir vos plats, vous pouvez opter pour des tissus enduits à la cire d’abeille ou végétale).

 

Comme vous pouvez le voir, nous ingérons du plastique de multiples manières: en mangeant des produits de la mer,  via les emballages alimentaires, en buvant une petite bière, et même en respirant! De fait l’auteur de l’étude déclare clairement:  “il est réellement difficile d’éviter les microplastiques”.

C’est pour cela qu’il est vraiment important de ne pas non plus vous obnubiler mais simplement de savoir qu’avec ces quelques conseils vous pouvez réduire de beaucoup votre exposition et que la vari solution si nous ne voulons pas que la situation empire c’est de réduire nos déchets plastique.

Nous espérons que toutes ces informations vous auront été utiles. N’hésitez pas à nous laisser vos questions et réflexions en commentaire de ce post.

Rejoignez notre communauté de personnes engagées contre la pollution plastique en vous inscrivant à notre Newsletter.

NEWSLETTER SINPLASTICO