Sinplástico http://blog.sinplastico.com/fr/ Pour une vie sans plastique Fri, 03 Apr 2020 07:34:35 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.2.5 DIX PRODUITS DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ ÉCOLOGIQUES, BON MARCHÉ ET VRAIMENT EFFICACES http://blog.sinplastico.com/fr/dix-produits-de-premiere-necessite-ecologiques-bon-marche-et-vraiment-efficaces/ http://blog.sinplastico.com/fr/dix-produits-de-premiere-necessite-ecologiques-bon-marche-et-vraiment-efficaces/#respond Wed, 01 Apr 2020 11:24:32 +0000 http://blog.sinplastico.com/?p=65882 Vous serez d’accord avec nous: la situation actuelle nous a toutes prises par surprise.

Le confinement, la saturation des services hospitaliers, le nombre de victimes du virus… Bref personne ne pensait un jour vivre cela et il semble malheureusement que nous en ayons pour un moment.

Et en plus, pour de nombreuses personnes, cette crise est en train de créer une véritable insécurité financière.

L’OCCASION DE PASSER À UNE VIE PLUS SIMPLE ET PLUS ÉCOLOGIQUE

Nous sommes conscientes qu’il n’est pas forcément facile de penser à l’écologie, à la réduction des déchets lorsque notre activité professionnelle est en danger ou que nous ne savons pas quand nous toucherons notre salaire.

Mais nous sentons cependant que cette crise est l’occasion de réévaluer nos vrais besoins et de tenter de mener une vie plus simple et plus respectueuse de la planète et de ses habitants.

Et c’est dans cette optique que nous avons écrit notre article d’aujourd’hui.

Notre objectif, vous aider à repenser votre mode de vie et vous prouver qu’il existe des alternatives écologiques et responsables accessibles à tous les budgets, même les plus serrés.

Nous vous avons donc concocté une liste de produits zéro-déchets et respectueux de la planète qui en plus d’être aussi efficaces que leur version « habituelle » sont très accessibles économiquement.

DIX PRODUITS DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ ÉCOLOGIQUES, BON MARCHÉ ET VRAIMENT EFFICACES

 

  1. Le savon de Marseille – À partir de 1,80€

Le savon de Marseille (le vrai) est un de nos produits zéro-déchet favoris. Volatile, il a de nombreuses applications comme le soin de la peau sous la douche, le détachage des vêtements, le nettoyage des surfaces et de la vaisselle, la préparation de lessive maison… Et tout ça avec un produit fabriqué en France et très bon marché. Si vous souhaitez profiter de cette période de confinement à la maison pour en essayer tous les usages, retrouvez nos recettes dans cet article.

Ce qu’en pensent les personnes qui l’utilisent:

“Authentique. J’adore de ne pas avoir de bouteilles de plastique pleines de gels chimiques dans ma salle de bain”.

 

  1. La brosse vaisselle en bois – 2,95€

Cette brosse vaisselle est un de nos best-sellers. 100 % sans plastique et fabriquée en Europe, elle est très efficace pour nettoyer facilement votre vaisselle. Réutilisez son manche en remplaçant sa tête et elle durera ainsi très longtemps. Pour vous faire une idée, nous venons de changer la notre après 2 ans d’utilisation.

 

Ce qu’en pensent les personnes qui l’utilisent:

“Je suis super satisfaite de cette brosse. Je ne pourrais plus la changer pour une autre. En plus c’est vraiment super que la tête soit échangeable”.

 

  1. Les éponges vaisselles végétales de fibre de sparte et de Luffa – respectivement 0,50€ et 2,95€.

Si vous préférez les éponges aux brosses vaisselle, ou si tout simplement comme nous vous aimez avoir les deux options en fonction de ce que vous avez besoin de nettoyer, ces éponges vaisselle 100 % naturelles et végétales, toutes deux fabriquées de façon artisanale, n’ont rien à envier aux éponges synthétiques. Elles sont en plus tout à fait accessibles en terme de prix et compostable (pour de vrai) en fin de vie.

 

Ce qu’en pensent les personnes qui l’utilisent:

“Il faut un peu de temps pour s’adapter au changement mais c’est vrai qu’elle nettoie très bien (l’éponge vaisselle en fibre de sparte) et ne raye pas. Je n’ai pas utilisé d’éponge classique depuis”.

 

  1. La brosse à ongles en fibres végétales – 2,40€.

En ces temps d’hygiène intense des mains, avoir une bonne brosse à ongles est indispensable. De fait, les médecins recommandent de se brosser régulièrement les ongles (même en temps norma)l car c’est l’un des endroits où s’accumulent la saleté, les bactéries et les virus. Cette brosse à ongles en plus de son petit prix est fabriquée de façon responsable en Europe, durable, 100 % compostable et végane. Bref, une bien meilleure option que les brosses à ongles en plastique!

Ce qu’en pensent les personnes qui l’utilisent:

“Super, nettoie très bien sans agresser la peau des mains”.

 

  1. Les lingettes réutilisables en coton bio – à partir de 2,40€ l’unité

Pour le change de votre bébé et son débarbouillage ces lingettes en coton bio sont vraiment très efficaces. Une alternative zéro-déchet et zéro-toxique, lavables et très durables et sont aussi très économiques. N’hésitez pas aussi à vous en servir pour vous démaquiller.

 

Ce qu’en pensent les personnes qui l’utilisent:

“Elles sont géniales, très douces et agréables à utiliser”.

 

  1. Les carrés éponges biodégradables – 3,50€ le pack de 4.

bayetas

Ces carrés éponges biodégradables en coton et cellulose sont l’alternative écologique et sans plastique aux chiffons en micro-fibres synthétiques. Pour 90 centimes l’unité elles permettent de nettoyer toutes les surfaces sans libérer de micro-fibres dans les océans lors de leur lavage. Pour les maintenir propres il vous suffit de les passer régulièrement à la machine à laver.

 

Ce qu’en pensent les personnes qui l’utilisent:

“J’adore ces éponges. C’est écologique, efficace et durable”.

 

  1. Le savon pour bébés au Calendula  – 4,95€

La relation qualité-prix de ce produit est imbattable. Fabriqué de façon artisanale ce savon 100 % naturel au Calendula est idéal pour la peau de votre bébé dès ses premiers bains. Il convient aussi très bien au lavage des petits cheveux et de la tête de bébé. Garantit sans parfum, sans composants synthétiques, il est emballé dans un petite boîte en papier cartonné. En plus il dure vraiment longtemps, la première savonnette de la fille de notre fondatrice Marion a duré plus de 6 mois!

Ce qu’en pensent les personnes qui l’utilisent:

“(Ce savon au Calendula) est doux avec ma peau et dure vraiment longtemps. Nous l’utilisons pour tout, les mains, le visage et le corps”.

 

  1. Le rasoir réutilisable– 15,50€

Ce rasoir de sureté peut vous durer toute une vie. Dites adieu aux rasoirs jetables en plastique et passez à une option plus durable et zéro-déchet. Il vous suffira de changer les lames (recyclables) de temps en temps (10 lames pour 1,30€) pour un rasage (féminin ou masculin) précis et sans plastique.

 

Ce qu’en pensent les personnes qui l’utilisent:

“C’est la première fois que j’utilise ce type de rasoir et je suis ravie du résultat”.

 

  1. La coupe menstruelle Lamazuna – 26,30€

copa menstrual

S’il s’agit du produit le plus cher de notre sélection, la coupe menstruelle s’amortit cependant très vite. Alternative hygiénique, sûre et zéro-déchet aux tampons, elle est aujourd’hui utilisée par de nombreuses femmes qui apprécient sa praticité et son confort. Fabriquée en France avec de la silicone médicale, elle peut durer jusqu’à 10 ans. Bref un coût annuel de 2, 63€! Imbattable!

 

Ce qu’en pensent nos clientes:

“Il y a un avant et un après. J’oublie sa présence et je saigne moins qu’avec les tampons. En plus elle dure longtemps, je ne la vide que 3 fois par jour. Bref le meilleur achat de l’année !”.

 

  1. Les serviettes et protège-slip lavables en coton bio – Entre 11,00€ et 15,00€

compresas

Parfaites pour les règles mais aussi pour les fuites urinaires, ces protections hygiéniques lavables en coton bio sont fabriquées à la main par des femmes engagées pour la planète et la santé des femmes. Rapidement restabilisées, très confortables et faciles à entretenir elles sont une excellente option zéro-déchet.

 

Nos clientes les recommandent:

“C’est la première fois que j’achète ce type de produit et je suis très contente, elles sont confortables et finit les irritations liées aux protèges-slips synthétiques jetables”.

 

Comme vous pouvez le voir, il existe un multitude d’alternatives bon marché pour une vie plus minimaliste et plus écologique. Le changement est possible, n’hésitez pas à commencer par ce qui vous est le plus simple et le plus accessible économiquement.

 

Racontez-nous

Comment vous sentez-vous?,

Pensez-vous aussi que cette crise peut être l’occasion de commencer à vivre autrement ?

Nous serons ravies de vous lire en commentaires.

]]>
http://blog.sinplastico.com/fr/dix-produits-de-premiere-necessite-ecologiques-bon-marche-et-vraiment-efficaces/feed/ 0
COMMENT VIVRE SANS PLASTIQUE EN TEMPS DE CONFINEMENT http://blog.sinplastico.com/fr/comment-vivre-sans-plastique-en-temps-de-confinement/ http://blog.sinplastico.com/fr/comment-vivre-sans-plastique-en-temps-de-confinement/#respond Tue, 24 Mar 2020 17:01:32 +0000 http://blog.sinplastico.com/?p=65686 Nous écrivons bien entendu cet article depuis chez nous, encore sous le choc de la situation que nous sommes en train de vivre.

Nous écrivons bien entendu cet article depuis chez nous, encore sous le choc de la situation que nous sommes en train de vivre.

Et nous savons que vous aussi qui nous lisez ressentez ce choc et nous souhaitons avant tout vous envoyer tout nos encouragements et notre soutien en ce moment si complexe. Nous sommes convaincues de cette crise nous sortirons plus unies.

Nous supposons aussi, que vous qui vivez en temps normal en utilisant le moins de plastique possible,vous vous posez aussi comme nous la question de comment maintenir vos bonnes habitudes de consommation en ces temps de confinement. Est-il toujours possible et sans risque de consommer en vrac ? Comment faire mes courses en ligne et sans plastique ?

Nous avons donc décidé d’écrire un article à ce sujet en partageant nos bonnes adresses et astuces et en vous expliquant comment ne pas faire exploser votre consommation de plastique pendant cette quarantaine.

LE CONFINEMENT SANS PLASTIQUE, EST-CE POSSIBLE?

Il est vrai que la réponse à cette question dépend de plusieurs facteurs: vous vivez à la campagne ou en centre ville ? Vous avez une boutique de vrac près de chez vous ? De quelle réserve de nourriture disposiez vous avant la crise du coronavirus ?

Quoi qu’il en soit, même si pour certaines personnes éviter le plastique à 100 % risque d’être compliqué, nous sommes persuadées que vous pouvez toujours le limiter, même dans ces circonstances exceptionnelles.

Comment? Tout d’abord en évaluant ce dont vous avez vraiment besoin. Le grand avantage de cette crise c’est qu’en réduisant au minimum nos déplacements elle nous oblige à aller à l’essentiel en terme d’achat et à favoriser le fait maison.

Par exemple, profitez-en pour prendre de temps de cuisiner. Les produits bruts se conservent souvent plus longtemps que les plats préparés et les biscuits maison sont souvent bien moins coûteux que ceux achetées tout faits en boîte. En plus, ce sont de chouettes activités à faire en famille, ce qui tombe bien en ces temps de confinement familial. Profitez-en pour tester des recettes de produits ménagers maison ou pour amorcer votre transition vers le shampoing solide !

EST-CE PLUS DANGEREUX D’ACHETER EN VRAC?

Selon les dernières études, le coronavirus survie jusqu’à 3 jours sur le plastique. Acheter des produits sous plastique ne nous protège donc pas du virus lors de nos achats et le vrac n’est donc pas plus risqué que les achats traditionnels en supermarché.

Ce qui est important c’est de bien appliquer les recommandations sanitaires : ne pas vous toucher le visage pendant que vous faites vos courses, bien se laver les mains à l’eau savonneuse (utiliser du gel hydroalcoolique si vous n’avez pas accès à de l’eau et du savon) lors de votre retour des courses.
Pour notre part, les petits commerces nous inspirent plus confiance que les grandes surfaces car elles accueillent moins de monde au cours de la journée et sont aussi très à cheval sur les mesures d’hygiène.
Bien utiliser vos propres sacs en toile. En les lavant à plus de 50 ºC en machine, vous y éliminerez le virus en un seul lavage.

OÙ ACHETER VOS PRODUITS DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ SUR INTERNET ?

Si vous vivez en ville et que vous avez près de chez vous une boutique bio et ou de vrac, nous vous encourageons à vous y rendre. Vous retrouverez toutes les adresses sur réseau vrac et si vous avez vos habitudes dans une boutique Day by Day, elles sont actuellement toutes ouvertes selon nos dernières informations. Les boutiques de proximité ont aujourd’hui plus que jamais besoin de nos achats et de notre soutien.

Si vous n’avez pas ce type de boutique à proximité, alors vous pouvez comme celles d’entre nous qui vivent en campagne faire vos courses sur internet  tout en privilégiant les petits artisans et les projets locaux.

1. LES PRODUITS ALIMENTAIRES BIO ET SANS PLASTIQUE:

maison

  •  Le pain: il existe dans de nombreuses régions des fournils bio qui livrent du pain à domicile. Vous pouvez   passer une commande importante et congeler du pain pour plusieurs semaines.

 

  •  Les fruits et légumes: beaucoup d’Amap et de ruches fonctionnent toujours et certaines livrent à domiciles. Sinon de nombreux sites proposent des paniers de fruits bio et de saison en livraison.

 

  •  L’épicerie : il existe plusieurs sites d’alimentation bio sur lesquels vous pouvez privilégier l’achat de produits emballés dans du carton.

2. LES PRODUITS D’HYGIÈNES ET DE NETTOYAGE SANS PLASTIQUE

Higiene & beauté

 

3. LES PRODUITS POUR PRENDRE SOIN DE VOTRE BÉBÉ:

bébés

  •  Les couches: de nombreux sites internet proposent des couches lavables et réutilisables. Si en temps normal, elles sont une très bonne solution pour réduire votre consommation de couches jetables (en plus d’être meilleures pour les fesses de vos enfants), elle vous permettent en temps de confinement d’éviter les ruptures de couches et de faire des économies.

 

 

 

Par ailleurs, n’hésitez pas à consulter notre article sur les conditions de travail et de protection que nous avons mis en place pour protéger notre équipe et pour participer à la lutte contre l’épidémie de Coronavirus. De plus, pendant les prochaines semaines, bénéficiez d’une remise de 5 % pour compenser un éventuel allongement des délais de livraison avec le code UWDFJ2MU (+ d’info ici)

Et enfin, nous souhaitons transmettre tout notre soutien aux personnes qui sont victimes de ce virus, ainsi qu’à tout.es les professionnel.les qui sont en première ligne dans cette crise ( professionnnel.les de santé, transporteurs, caissier.es, petit.es commerçant.es…).

 

Vous avez besoin de faire de produits sans plastique pendant votre confinement

Faites votre commande et recevez là dans les jours qui viennent

je visite la boutique

 

]]>
http://blog.sinplastico.com/fr/comment-vivre-sans-plastique-en-temps-de-confinement/feed/ 0
LA BOUTIQUE RESTE OUVERTE ET VOICI COMMENT NOUS ALLONS NOUS ORGANISER http://blog.sinplastico.com/fr/la-boutique-reste-ouverte-et-voici-comment-nous-allons-nous-organiser/ http://blog.sinplastico.com/fr/la-boutique-reste-ouverte-et-voici-comment-nous-allons-nous-organiser/#respond Mon, 16 Mar 2020 17:46:01 +0000 http://blog.sinplastico.com/?p=65637 Nous avons pris le temps de réfléchir ce week-end à comment nous allions aborder les semaines de confinement qui nous attendent.

Nous sommes toutes, certainement comme vous, assez déroutées par cette situation si soudaine et exceptionnelle. Ce virus nous destabilise et nous avons vécu ces derniers jours dans l’inquiétude de ce qui allait se passer. Cependant toute l’équipe de Sinplástico est restée très unie et nous avons décidé de nous mobiliser pour que notre projet traverse le mieux possible cette épreuve.

Notre priorité actuellement est évidemment le bien-être de la société dans son ensemble et nous nous avons évidement décidé d’appliquer toutes les recommandations données par les personnes qui travaillent sans relâche au quotidien pour endiguer cette épidémie et protéger les personnes les plus vulnérables.

En tant que société nous avons beaucoup à apprendre en ce moment, comprendre que chaque acte individuel a un impact sur l’équilibre et le bien-être collectif. Ce qui se passe en ce moment, avec ce virus, arrive quotidiennement dans le cadre du modèle de consommation actuel, un modèle destructeur pour de nombreuses personnes et en particulier pour les plus vulnérables.

Un jour, certainement nous dédierons un article à cette question, mais aujourd’hui ce que nous sommes souhaitons vous dire c’est que chez Sinplástico, nous avons décidé de continuer à travailler de la façon la plus « normale » possible.

 

POURQUOI NOUS AVONS CHOISI DE MAINTENIR LA BOUTIQUE OUVERTE

Prendre la décision de maintenir notre activité n’a pas été facile mais nous sommes désormais convaincues que c’est la bonne. Nous estimons que du moment où nous pouvons offrir à notre équipe de bonnes conditions de travail et que les règles de prudence sanitaire peuvent être appliquées nous devons continuer de donner vie à notre projet.

Ce virus va être un coup dur pour l’ensemble de l’économie mondiale et par conséquent l’équilibre économique de millions de famille va être ébranlé.

Comme vous le savez, dans le cadre du projet Sinplástico, nous avons toujours défendu un modèle économique plus humain et une consommation plus responsable. Nous sommes contre le rythme frénétique du modèle actuel mais nous croyons sincèrment en une économie vivante et respectueuse des personnes qui travaillent.

Chez Sinplástico nous sommes une équipe de 9 personnes et nous comptons sur un large réseau de professionnelles et de petites entreprises qui permettent quotidiennement le fonctionnement de notre site, l’envoi des colis, nous soutiennent dans la création de nos contenus et produisent les produits de qualité que nous vendons dans notre boutique. Nous souhaitons maintenir notre projet vivant pour qu’à leur tour toutes ces personnes puissent continuer à vivre de leur métier et à développer leurs projets.

 

POUR TOUTES CES PERSONNES, NOUS AVONS DÉCIDÉ DE MAINTENIR NOTRE ACTIVITÉ:

  • Nous continuerons à publier nos articles de Blog.

  • Nous préparerons et ferons partir toutes vos commandes avec une remise de 5% ( en utilisant le code UWDFJ2MU) afin de compenser l’incertitude liée aux délais de livraison. Dans le cas où les entreprises de transport cesseraient de fonctionner, nous vous enverrons votre colis dès qu’elles seront à nouveau opérationnelles.

  • Et surtout, nous continuerons à lutter pour la réduction de la consommation de plastique et pour un monde plus respectueux de la santé de la planète et des personnes.

Les seules activités que nous ne pourrons maintenir sont nos ateliers et conférences prévues en mars et le service client par chat.

 

COMMENT NOUS ALLONS FONCTIONNER LES PROCHAINES SEMAINES

Il était bien évidemment impossible pour nous de prendre la décision de continuer à fonctionner sans nous assurer de pouvoir garantir la santé de notre équipe, de leurs familles et de l’ensemble de la société.  Nous avons donc mis en place les mesures suivantes:

  • Toute notre équipe fera du télétravail sauf la personne en charge de la préparation des commandes.

  • La personne qui préparera vos commandes travaillera seule, sans contact physique avec le reste de l’équipe, et effectuera les déplacements entre son domicile et l’entrepôt à pied car elle vit à proximité. 

  • Les colis ne seront envoyés que 3 jours par semaine et via une seule agence de transport afin de réduire les contacts au maximum.

 

→ CELA SIGNIFIE QUE :

  • Vous pouvez passer votre commande en toute normalité.

  • Que vous bénéficierez de 5% de réduction avec le code UWDFJ2MU.

  • Et que pour toute consultation et demande de renseignements nous restons à votre disposition. Le seul changement concerne le service client par téléphone qui se fera par whatsapp ou en appelant au 0034 695 566 088 entre 10h00 et 15h00.

 

Un grand merci pour votre compréhension, nous sommes convaincues que nous sortirons toutes et tous changées de cette expérience mais sans aucun doute plus fortes et plus unies.

Et bien entendu, n’oubliez pas de prendre soin de vous et d’appliquer les consignes des autorités sanitaires. Restez chez vous et lavez vous bien les mains régulièrement surtout en cas de sorties!

]]>
http://blog.sinplastico.com/fr/la-boutique-reste-ouverte-et-voici-comment-nous-allons-nous-organiser/feed/ 0
POURQUOI LES FEMMES SOUFFRENT PLUS DES EFFETS DU PLASTIQUE SUR LA SANTÉ (ET COMMENT L’ÉVITER) http://blog.sinplastico.com/fr/pourquoi-les-femmes-souffrent-plus-des-effets-du-plastique-sur-la-sante-et-comment-leviter/ http://blog.sinplastico.com/fr/pourquoi-les-femmes-souffrent-plus-des-effets-du-plastique-sur-la-sante-et-comment-leviter/#respond Mon, 02 Mar 2020 13:29:59 +0000 http://blog.sinplastico.com/?p=65534 Une question revient souvent lors de nos ateliers et conférences: sommes-nous toutes et tous égaux face au danger que peut représenter le plastique pour la santé?

Comme nous le signalions dans notre article sur la relation entre le plastique et le cancer, les problèmes de santé que peuvent poser notre usage et notre exposition quotidienne au plastique ne sont plus à prouver. De même, nous avons déjà évoqué la question de l’importance de protéger nos enfants du plastique et des perturbateurs endocriniens qu’il contient et ce, dès la gestation.

Mais une question que nous n’avons pas encore abordé dans ce blog et sur laquelle nous sommes souvent interpellées, c’est si, comme pour beaucoup de thèmes touchant à la santé publique, il y a une inégalité liée au sexe face au plastique.

Et la réponse est oui : les femmes et les hommes ne sont pas égaux face au plastique et l’impact de cette matière sur la santé des femmes est bien plus important.

Et comme beaucoup d’autres questions liées à l’égalité femme-homme, cette réalité est très peu connue du grand public. Nous avons donc décidé à quelques jours de la journée internationale des droits des femmes de vous donner quelques clés concernant cette question.

POURQUOI LE PLASTIQUE TOUCHE PLUS LES FEMMES QUE LES HOMMES

Comme vous avez pu le lire dans notre entretien avec le médecin et chercheur Nicolás Olea, le plastique n’est pas seulement problématique pour l’environnement mais il l’est aussi pour la santé humaine.

Cela est dû au fait que certains de ses composants sont des perturbateurs endocriniens, des substances qui altèrent le système hormonal et peuvent être à l’origine de maladies comme le cancer, l’hyperthyroïdie, l’obésité ou la sensibilité chimique multiple.

Mais lorsque nous lui avons demandé si cela affecte toute la population de la même manière sa réponse a confirmé ce que nous pensions: non, les femmes sont plus touchées que les hommes par ces risques.

Comme l’explique le Dr. Olea:

  1. En général, les femmes ont plus de tissus adipeux (tissus gras) que les hommes. Or ce sont dans ces tissus que se stockent les toxiques du plastique.
  2. De plus, du fait de notre cycle, de la ménopause et puberté nous sommes une cible plus vulnérable que les hommes aux perturbateurs endocriniens. L’exposition aux composants du plastique a donc plus d’effet sur notre organisme.
  3. Et surtout, en tant que femmes nous sommes beaucoup plus exposées aux plastiques et à leurs composants chimiques que les hommes.

De fait, lorsque nous lui avons demandé si les femmes étaient plus exposées aux plastiques que les hommes, voici la réponse que nous a donné Nicolas Oléa:

“Oui. Lorsque nous analysons l’ensemble des données relatives aux perturbateurs endocriniens, nous voyons bien que les grandes perdantes dans cette histoire ce sont les femmes. Non seulement d’un point de vue biologique, du fait d’être une femme XX, mais surtout du fait de leur genre. C’est-à-dire des tâches et attributions que leurs donne la société”.

“Les grandes perdantes dans cette histoire ce sont les femmes. Non seulement d’un point de vue biologique, du fait d’être une femme XX, mais surtout du fait de son genre. C’est-à-dire des travaux et attributions que leurs donne la société”.

LES DANGERS DU PLASTIQUE POUR LES FEMMES

Et quelles sont ces tâches et ces attributions dont parle Le Docteur Olea?

Il s’agit principalement de trois questions : les tâches ménagères et familiales sont en grande partie assumées, et ce partout dans le monde, par les femmes, les attributions sociales relatives au genre exigent aux femmes de prendre soin de leur apparence physique, d’être belle, et pour cela d’utiliser beaucoup de produits cosmétiques, et enfin, la société impose à la femme une exigence de « propreté » pendant la menstruation.

  • Les tâches ménagères et familiales :

Selon le livre « La femme invisible » de Caroline Criado Pérez, dans le monde, 75% du travail non-rémunéré est réalisé par les femmes, qui consacrent entre trois et six heures par jours aux taches ménagères et familiales contre trente minutes à deux heures pour les hommes.

Et cela ne cause pas uniquement une forte inégalité sociale mais affecte aussi la santé des femmes.

Une partie importante du travail non rémunéré des femmes implique un contact récurrent avec les agents chimiques présents dans les plastiques, les produits ménagers et les savons, etc..

Il est donc logique que les femmes souffrent plus que les hommes des conséquences de cette exposition. Mais malheureusement ce n’est pas la seule raison pour laquelle nous sommes plus exposées à ces produits chimiques.

  • La “beauté” et les soins corporels :

Selon l’ Enviromental Working Group (EWP), les femmes américaines utilisent en moyenne 12 produits cosmétiques par jour (15 dans le cas des femmes européennes) et sont exposées à 168 substances chimiques, deux fois plus que les hommes.

Ces substances proviennent des emballage plastique de ces cosmétqiues et du produit lui-même, comme le Bisphénol A ou les phtalates, et affectent la santé des femmes. Et encore plus grave, nous ne savons pas encore de quelle manière tout ce cocktail chimique affectent réellement la santé car l’exposition des personnes qui utilisent ces produits est à ce jour étudiée de façon isolée, produit par produit, et non de façon conjointe en prenant en compte l’ensemble des produits que nous utilisons au quotidien.

Par conséquent, les femmes, de par le fait qu’elles utilisent beaucoup de produits cosmétiques quotidiennement, s’exposent à des risques pour leur santé.

Et la situation empire dans le cas des femmes qui travaillent au jour le jour en contact avec ces substances comme par exemple : les esthéticiennes, les coiffeuses, les maquilleuses, les manucures…

Comme l’explique Caroline Criado Pérez, en référence aux salons de manucures canadiens : “Il n’y a aucune exigence de ventilation ni de formation. Il n’existe pas non plus de législation exigent le port de gants ou de masques ».

Et bien entendu, le personnel des salons d’esthétiques est dans sa grande majorité composée de femmes.

  • La menstruation :

La moitié de la population mondiale a ses règles tous les mois pendant sa vie fertile. Et cela représente un marché très intéressant pour les fabricants de plastique.

Une femme peut utiliser jusqu’à 15.000 tampons et serviettes hygiéniques au cours de sa vie. Ce qui pose non seulement un problème environnemental mais aussi un problème de santé publique.

Contrairement à la coupe menstruelle ou aux serviettes hygiéniques lavables, les tampons et serviettes à usage unique sont fabriquées à partir de cellulose, de plastique et de fibres synthétiques. Ces matières sont en contact direct avec la peau et peuvent même parfois s’adhérer aux parois du vagin (dans le cas de la rayonne des tampons) et créer de sérieux problèmes pour la santé.

VOICI CE QUE VOUS POUVEZ METTRE EN PLACE POUR VOUS PROTÉGER DU PLASTIQUE

Nous voyons donc que, si étudions la question de l’usage indiscriminé du plastique sous le prisme du genre, les chiffres sont clairs :  le plastique est encore plus dangereux pour les femmes.

Mais pas de fatalité, en adoptant quelques gestes simples, vous pouvez changer les choses et vous protéger des dangers du plastique:

  1. Parlez-en : partagez cet article avec vos amies, votre mère, vos sœurs, vos filles, vos amies.
  2. Exigez plus d’égalité et des mesures politiques dans le sens de l’égalité de la répartition des tâches et d’une législation forte concernant les substances chimiques concernées.
  3. Évitez de vous exposer à toutes ces substances en réduisant votre consommation de plastique : utilisez des produits d’hygiène naturels, libre de substances chimiques et zéro-déchet, comme les déodorants, savons et shampoings solides, en nettoyant votre maison avec des produits naturels comme le savon de Marseille, le vinaigre blanc ou le bicarbonate de soude.
  4. Réduisez les toxiques présents dans vos cosmétiques : optez pour des produits naturelles, écologiques et sans emballage plastique.
  5. Osez une hygiène intime durable : passez à  la coupe menstruelle ou aux serviettes hygiéniques lavables en coton biologique.

PARTAGEZ CE POST SUR VOS RÉSEAUX SOCIAUX

Compartir en RRSS

 

 

]]>
http://blog.sinplastico.com/fr/pourquoi-les-femmes-souffrent-plus-des-effets-du-plastique-sur-la-sante-et-comment-leviter/feed/ 0
DÉCOUVREZ LES 5 PRODUITS LES PLUS VENDUS DE NOTRE BOUTIQUE http://blog.sinplastico.com/fr/les-5-produits-les-plus-vendus-de-la-boutique/ http://blog.sinplastico.com/fr/les-5-produits-les-plus-vendus-de-la-boutique/#respond Fri, 14 Feb 2020 11:56:06 +0000 http://blog.sinplastico.com/?p=65491 le changement vers une vie sans plastique est souvent une tramsition très agréable mais aussi parfois un peu frustrante quand nous messayons 10 produits alternatifs avant de trouver celui qui nous convient vraiment.

Bien souvent, voilà ce qu’il arrive: vous souhaitez éviter le plastique, vous faîtes des recherches sur les alternatives qui existent, vous en essayez une première, vous n’êtes pas très convaincu.e, vous entendez parler d’une autre, mais finalement elle est pas top non plus et ainsi de suite avant e’enfin trouver l’option sans plastqiue faite pour vous.

Et bien aujourd’hui, notre but est de vous faciliter la tâche et de vous faire gagner du temps (et de l’argent ;-)), en vous présentant les cinq produits san splastqiue, écologiques et zéro-déchet qui ont le plus de succès dans notre boutique.

C’est parti!

 

  1. L’éponge vaisselle luffa: number one

 

Estropajo ecológico cocina

 

Nous ne sommes pas surprise du succès de cette éponge vaiselle en Luffa car ces avantages sont absolument inégalables par rapport à toutes les autres alternatives présentes sur le marché.

Pour moinsde 3 euros, elles sont une option 100% naturelle donc biodégradable et compostable, et garantie zéro-plastique. En plus elles sont fabriquées en Galice dans le Nord de l’Espagne pas un agriculteur passionné qui nous offre une éponge bien plus résistante même que les éponge synthétiques.

Voici ce qu’en disent les personnes qui l’utilisent*:

“Je l’adore, ma vieille éponge verte ne me manque absolument pas”.

C’est notre éponge vaisselle favorite. Elle dure longtemps et ne raye pas les surfaces.”

“¡Je suis fan! Il faut un petit temps d’adaptation mais maintenant je suis absolument ravie, super qualité!”.

 

  1. Nos sacs en filet de coton bio: parfaits pour vos achats en vrac

 

Bolsas de red de algodon organico

Ils n’est pas indispensable quel les sacs à vracs en filet soient fabriqués en fibres synthétiques pour pètre résistants et durables!

La preuve? Nos sacs en filet bolsa de red de coton biologique cultivé en Turquie et fabriqués en Espagne dans un atelier de réinsertion prodfessionelle. Les seuls présents sur le marché qui remplissent ces critères.

Bref, le top du top du sac à vrac! Et voici ce qu’en pensent nos client.es*:

“Très utilent pour peser et achetr les fruits et légumes. C’est un vrai plaisir de rentrer du supermarché en ayant réduire les emballage de moitié gràce à ces sacs.”

“Super pratique! J’aime vraiment les sacs en filet qui permettent de voir ce qu’il y a à l’intérieur et de coller et décoller facilement les étiquettes.”

“Très bonne qualité, fabriqués en Espagne et nous sommes ravies de savoir qu’en plus ils sont étiques et solidaires”.

 

  1. Le dentifrice solide rechargeable Crystal de Pachamamai: le dentifrice zéro-déchet qui fait l’unanimité.

 

Pasta dental solida recargable

 

Ce dentifrice naturel solide fabriqué en France est le favori des zero-wasters les plus exigent.es.

Non seulement parce qu’il est naturel, végan, sans toxique et ni plastique, mais aussi parce que son arome naturel de menthe est très rafraîchissant et que sa petite boîte est rechargeable et donc réutilisable pensant des années.

Bref, un produit qui reçoit une avalanche de compliments:

“Je rachète ce dentifrice à chaque fois qu’il se termine pour le raisons suivante: il est solide, très frais et fait du bien à mes dents. Nous faisons de vraies économies car nous réutilisons la petite boîte et achetons en moyenne 2-3 recharges par an.”

“Ce dentifrice dure vraiment très longtemps et vous laisse la bouche fraîche et un nettoyage impécable.”.

“Celà faisait ds années que je cherchais un dentifrice solique qui me plaise. C’est fait! Le faite de pouvoir le recharger ne le rend que meilleur.Je la recommande vivement”.

 

  1. Les pailles réutilisables en acier inoxydable: le classique zéro-waste par excellence

 

Pajita reutilizable de metal

 

Ces pailles réutilisables vous permettrons de dire adieu ausx pailles en plastique. Super pratique, glissez les dans votre sac à mains, sac à dos ou valise. Elles sont faciles à nettoyer grâce à leur petite brosse et son très durables.

Fabriquées de façon responsable en Chine, nous les importons directement de l’usine afin de nous assurer d’un transport le plus direct possible et qu’elles nous arrivent en vrac sans une goutte de plastique.

Voici ce qu’en disent les personnes qui les ont adoptées:

 

“Elles osnt parfaites. Ma fille aime beaucoup boire à la paille et elle adore sa paille réutilisable”.

“Je recommande vivemnt ces pailles. Elles se lave en 2 secondes grace à leur petite brosse et depuis que nous les avons nous n’achetons plus de pailles en plastique.”.

“La alternativa ideal parqa seguir utilizando pajitas y no ensuciar el planeta. El cepillo para limpiar realmente cumple su función, no como otros que no frotan bien o se doblan”.

 

  1. La brosse à vaiselle en bois: devenue un classique des cuisines zéro-déchet

 

Cepillo de vajilla de madera

 

Fabriquée en Europe avec du bois local en cours de certification FSC, cette brosse à vaisselle est l’un de nos plus gros succès pour plusieurs raisons.

D’abord parce qu’elle est l’un des modèle présent sur le marché qui est le plus écologique mais aussi parce que gràce à son manche est est très pratique pour faire la vaiselle. La partie de la brosse est échangeabe ce qui permet de faire durer le manche pendant des années et elle est très efficace pour nettoyer poêles et casseroles.

Bref, c’est vraiment un super produit qui reçoit aussi beaucoup de commentaires positifs de la part des personnes qui l’utilisent:

« Je suis vraiment très satisfaite de cette brosse vaisselle et je ne peux plus m’en passer.C’est vraiment bien que sa tête soit échangeable. »

“Très douce et en mêmme temps très efficace contre la saleté. Je l’adore!”.

“Très utile pour nettoyer les poêles et les casseroles!”.

 

Découvrez toutes nos alternatives pour une vie sans plastique.

Boutique sans plastique

 

*certains commentaires sont traduits de la fiche produit en Espagnol.

]]>
http://blog.sinplastico.com/fr/les-5-produits-les-plus-vendus-de-la-boutique/feed/ 0
PLASTIQUE ET CANCER: QUEL LIEN? L’EXPERT EN PERTURBATEURS ENDOCRINIENS NICOLAS OLEA RÉPOND À NOTRE QUESTION http://blog.sinplastico.com/fr/plastique-et-cancer-quel-lien-lexpert-perturbateurs-endocriniens-nicolas-olea-repond-a-notre-question/ http://blog.sinplastico.com/fr/plastique-et-cancer-quel-lien-lexpert-perturbateurs-endocriniens-nicolas-olea-repond-a-notre-question/#respond Mon, 03 Feb 2020 11:51:31 +0000 http://blog.sinplastico.com/?p=65384 À l’occasion de la journée mondiale contre le cancer nous avons souhaité rencontrer un expert afin d’approfondir la question du lien entre le plastique et cette maladie.

Dans plusieurs articles et lors de nos ateliers et conférences nous abordons la question des problèmes de santé publique que pose l’usage du plastique. Or, il nous paraissait important de vous proposer un article de fond et les données scientifiques qui confirment nos affirmations.

Nous avons donc contacté Nicolás Olea, médecin et professeur en radiologie et médecine physique de l’université de Grenade en Espagne. Il est l’auteur d’une livre de référence sur la question et une des principales voix qui s’élèvent en Europe sur la question des perturbateurs endocriniens.

Nous avons pu échanger avec lui pendant un long moment sur la question des polluants hormonaux afin de comprendre quels sont les réels dangers des toxiques qui nous entourent au quotidien et de savoir comment les éviter.

Il est probable que le terme « perturbateur endocrinien » soit assez flou pour la plupart des personnes qui nous lisent. Notre première question est donc la suivante: qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien?

Il s’agit de composants chimiques qui altèrent le message hormonal. Les hormones connectent les organes entre eux et agissent comme des messagers chimiques. Et les perturbateurs endocriniens sont des substances qui modifient, altèrent et produisent des interférences dans ces messages hormonaux.  En quelque sorte, on peut dire qu’ils piratent le message des hormones.

 

En tant que militantes contre la pollution plastique, une question nous préoccupe particulièrement: y a-t’il un lien entre le plastique et le cancer?

C’est une question un peu trop directe parce que si nous répondons que oui, on nous tombe littéralement dessus. Mais si nous répondons que non, on fait l’impasse sur des années de recherche qui associent plastique et cancer.

La réponse c’est oui: certains composants du plastique ont une activité hormonale. Et cette activité hormonale peut être reliée à l’origine de tumeur, en particulier leurs tumeurs hormonales.

Par exemple, le bisphénol A qui s’utilise pour faire un des plastiques les plus communs, le polycarbonate, et intervient dans un autre produit très courant, les résines Epoxi. Ce bisphénol A a une activité hormonale oestrogénique et chez les animaux de laboratoire un développement mammaire et une prédisposition aux tumeurs malignes sur ce sein.

Ces résultats sont si sérieux que l’Union Européenne a interdit le 30 juillet 2011 les biberons en polycarbonate. Et le 1er Janvier 2020, ce sont les tickets de caisse thermiques fabriqués avec du bisphénol A qui ont été interdit. Bref toute une série de mesures pour limiter la circulation de ces composants hormonaux des plastique.

 

Mais nous avons l’impression que le problème ne se limite pas au bisphénol A. N’y a-t-il pas d’autres composants hormonaux des plastiques qui peuvent être potentiellement cancérigènes?

Tout à fait, il y a beaucoup de composants hormonaux dans les plastiques. Par exemple, il y a le groupe des phtalates, dont certains mais pas tous sont soumis à des restrictions strictes alors que la grande majorité d’entre eux ont une activité hormonale. Ils ne peuvent par conséquent modifier l’environnement dans lequel se développent les cellules qui par conséquent peuvent se transformer en cancers, tumeurs malignes.

Certains composants des plastiques comme l’antimoine ou les filtres ultra-violet, qui sont rajoutés pour « protéger » le contenu des plastiques, ou les antioxydants comme les nonylphénols et les alquiphénols, qui évitent que le plastique jaunissent.

Beaucoup des composants dont on sait qu’ils sont des perturbateurs endocriniens sont directement liés au plastique, soit comme monomères du plastique soit comme additifs employés pour que le plastique ait des caractéristiques physiques particulières.

 

Dans un de nos articles de blog, nous parlons des conséquences de la consommation de plastique sur les enfants et nous faisions référence à un chiffre que vous avez l’habitude de citer: 100% des enfants ont des traces de plastique dans les urines. Comment ce plastique arrive-t-il dans leur urine?

C’est de la folie. On retrouve du bisphémol A et des phtalates dans les urines de 100% de la population espagnole . Et à l’origine de celà, il y a entre autre, l’exposition des enfants au plastique: par voie alimentaire, digestive, dermique, les cosmétiques…  Bref, et ces monomères et additifs qui sont présents dan sle corps des enfants et qu’¡ils éliminent dans leur urine car beaucoup de ces composants ne s’accumulent pas dans leur organisme. C’est une problème sanitaire de premier ordre.

Un jour, quelqu’un m’a dit: “et vous docteur, qu’est-ce que vous urinez?”. Et bien, moi aussi j’urine du bisphénol A mais par chace ce n’était pas le cas quand j’était enfant. Et ce n’est malheureusemnt pas le cas des jeunes d’aujourd’hui qui ont été exposé au bisphénol A et aux phtalates avant même leur naissance, dès le moment où ils ont été embryons et foétus.

Et ça, ça ne devrait pas avoir lieu. Des générations entières d’enfants ont été exposées avant leur naissance, pendant leur enfance, adolescence et jeunesse. Les conséquences de cette exposition sont encore à découvrir car pour le moemnt nous n’avons pu observer que les conséquences de l’exposition des adultes, les personnes qui sommes exposées depuis 30 ou 40 ans mais qui l’ont mais qui étions déjà alors des individus adultes développés.

 

De fait, nous qui avons la trentaine, nous sommes de cette génération. Nos mères ont utilisées des produits chimiques pendant leur grossesse…

Oui, et en plus sans aucune limitation. À chaque fois que les intitutions européennes restreigne ou interdisent un composant de xe type, on a comme l’impression qu’avant cette date il ne s’est absolument rien passé. L’exposition en question n’aura plus lieu mais personne ne se resposabilise de l’exposition qui a eu lieu avant l’interdiction. On passe l’éponge. Mais franchement, il faudra bien faire un suivi des personnes qui ont été exposées et observer les conséquences de cette exposition. Nous parlons de quelque chose de très sérieux et il faudra bien que les personnes responsables assument.

 

Tout celà nous laisse la sensation amère que ce qui est en jeu ce ne sont pas seulement  les génération actuelles les plus jeunes mais aussi les générations futures, celles qui ne sont pas encore nées.

Absolument. C’est un problème que les généticiens entrevoient depuis des années et c’est ce qui se passe avec l’exposition des femmes enceintes. Pendant la grossesse, l’exposition à ces substances ne l’affecte pas qu’elle, sinon aussi son embryon et les cellules germinales que cet embryons a par exeple dans ses ovaires.

L’exposition influe donc sur la génération mère, fille et petite fille. De telle manière que les conséquences seront visibles sur sa descedence san squil y ait une cause génétique au sens strict.

 

Dans votre livre, vous faites référence au concept de « cocktail toxique ». Pourriez-vous nous expliquer de quoi il s’agit?

Au moment d’enregistrer un composé chimique pour sa mise sur le marché, des tests en laboratoire sont réalisé pour ce composant en particulier pour déterminer la dose risque et les quantités maximales d’exposition à ne pas dépasser.

Mais la réalité des personnes qui utilisent ces composants n’est pas celle-là. La réalité c’est que nous sommes exposées à des centaines de composés chimiques par différentes voies et que ces substances convergent dans notre organisme qui es un véritable receptacle de tout ce qu’il y a dans notre environnement. La logique exige donc de prendre en considération les effets combinés de la présence de toutes ces substances dans notre organisme. C’est celpà que nous appelons l’effet cocktail.

Et malheureusement, cet effet cocktail n’est considéré que dans très peu de cas, pour ne pas dire jamais et les composants chimiques sont casi systématiquement évalués de façon isolée. Or celà ne correspond pas à la réalité de notre exposition qui est multiple.

 

Vous recueillez une multitude preuves scientifiques qui démontrent que cette pollution existe et qu’elle affecte la population à l’heure actuelle. Pourquoi alors commercialise-t-on encore des produits qui contiennent des perturbateurs endocriniens?

Parce que la législation sur les perturbateurs endocriniens n’existe pas comme telle. Il y a une résistance féroce de la part e l’industrie et des producteurs. Beaucoup refuse que l’activité hormonale d’un composant soit identifiée comme en lien avec un risque de maladie.

C’est là que l’on retrouve le blocage qui fait que la législation spécifique sur la perturbation endocrienne, demandé depuis 2013 par le parlement européen, n’a pour l’heure toujours pas été mise en place.

 

Quel est le pouvoir de l’industrie chimique sur la législation et sur le fait qu’un produit soit approuvé ou non?

L’Europe n’a pas de laboratoires officiels pour étudier la toxicité des composants, par conséquent, lorsuqe l’on établit des critères de toxicité, se sont les laboratoires privés ou l’industrie chimique elle- même qui se charge de commander et financer tous les tests requis et qui présente les résultats, qui sont ensuite évcalués par les pouvoirs publics.

La clé c’est qu’il faut exiger un contrôle sur ces test et les autorisations à la mise en circulation de ces composants. Il est indispensable que les responsables politiques s’engage sur la question et mettent en application via la législation tout ce que nous savons .sur les composants connus comme perturbateurs endocriniens.

 

Face à cette situation que font les gouvernements pour protéger la population?

Premièrement, il est important de savoir que’une grande partie des décisions prises dans les pays européens viennent de l’Union Européenne. Et le parlement européemn, la omission européenne te le conseil de l’europe sont des organismes où la perturbations endocrinienne est en discussion même le processus est très lent.

Ce que nous pouvons faire en tant que citoyen.nes c’est faire pression sur nos député.es européen.nes pour qu’ils/elles soient plus exigent.es et strictes et que la comission agissent de façon plus rapide. Aujourd’hui ce qu’il manque ce n’est pas la recherche ni les preuves scientifiques. Ce qu’il manque, c’est plus de courage et plus de prise de décisions concrètes dans ces débats où est en jeu l’avenir de la population.

 

Merci beaucoup Dr. Nicolás Olea, pour vos réponse et votre engagement pour nous garantir une vie plus saine.

 

 

]]>
http://blog.sinplastico.com/fr/plastique-et-cancer-quel-lien-lexpert-perturbateurs-endocriniens-nicolas-olea-repond-a-notre-question/feed/ 0
VOICI COMMENT CETTE FAMILLE RÉDUIT SA CONSOMMATION DE PLASTIQUE http://blog.sinplastico.com/fr/voici-comment-cette-famille-reduit-sa-consommation-de-plastique/ http://blog.sinplastico.com/fr/voici-comment-cette-famille-reduit-sa-consommation-de-plastique/#respond Mon, 20 Jan 2020 13:55:45 +0000 http://blog.sinplastico.com/?p=65342 Cet article est le premier d’une nouvelle série de notre blog “Familles sans plastique”, dans laquelle nous vous montrerons comment des personnes normales, comme vous et nous, réussissent à réduire leur plastique. Elles nous parlent de succès, de leurs échecs, de leur efforts et le tout ce qu’elles ont appris tout au long de leur chemin vers une vie sans plastique.

Igone, Ray, leur petit Belatz de deux ans et leur jolie chienne Adi vivent à Bilbao et réduisent leur consommation de plastique depuis plus de 6 ans.

Igone a accepté de passer un moment avec nous pour partager son parcours et son expérience, et voici ce qu’elle nous a raconté.

 

Bonjour, Igone. Merci d’avoir accepter notre demande d’entretien. Commençons par le commencement: Te souviens-tu pour quelle raison vous avez commencé à réduire votre consommation de plastique?

Il me semble que l’idée à germé lorsque j’ai connu Marion la fondatrice de Sinplástico, bien avant qu’elle ne crée Sinplástico avec Javier. Elle m’a parlé de son projet et de tous les problèmes que causait le plastique et c’est là que j’ai commencé à m’y intéresser.

 

En 2013, quelles étaient la récation des gens lorsque vous leur disiez que vous tentiez de réduire votre consommation de plastique?

Mes parents par exemple me comprennent aujourd’hui car ma mère a vu plusieurs documentaires sur le sujet mais elle n’arrive toujours pas à changer ses habitudes. Parfois elle me vois utiliser certaines choses et elle me regarde très perplexe. Par exemple, avec notre balayette WC en bois parce qu’effectivement nous la changeons plus souvent qu’une balayette en plastique. Ça la dépasse 🙂

Ce qui est positif c’est que nous ressentons un vrai changement par rapport au commencement. Avant, quand nous allions aux courses avce nos récipents, les gens ne savaient pas comment réagir. L’autre jour, chez le poissonnier, une dame à côté de mois avait aussi apporté son tupperware, une vraie joie!

Mais c’est vrai, qu’il reste encore des commerçant qui nous disent:  » laissez madame, je vais vous le mettre dans du plastique, faudrait pas que le produit s’abîme!”.

 

Lorsque vous avez commencé, qu’est-ce qui a été le plus facile à changer?

La première chose que nous avons changé ce sont les bouteilles d’eau.

Avant j’achetais régulièrement de l’eau en bouteille, bouteille que je réutilisais jusqu’à ce qu’elle donne un mauvais goût à l’eau. Nous avons donc décidé d’acheter des gourdes en acier inoxydable qui malgré le fait qu’elles suppose un investissement au début, sont une vraie source d’économie de plastique et d’argent!

Nous nous sommes aussi très vite munies de sacs en coton pour aller au marché et faire nos achats en vrac.

Et la brosse à dents, bien que la première que j’avais essayé il y a 6 ans ne m’avais pas convaincu, maintenant on en trouve des vraiment bien.

Ah, et les poêles en acier inoxydable, une vraie merveille! Elles représentent aussi un investissement mais sont vraiment très durables. Je n’en pouvais plus des poêles en Teflon qui se rayent au bout de quelques mois d’utilisation et qu’il faut donc changer si on ne veut pas manger du pur plastique.

 

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans ce changement de vie?

J’aime beaucoup le fait que ce soit plus esthétique, voir tous les bocaux en verre bien rangés dans les placards. Et aussi les jouets de Belatz, qui sont en bois. Ils sont beaucoup plus jolis que les jouets en plastique et aussi bien plus éducatifs.

 

Vous avez une chienne et un petit garçon, comment évitez-vous le plastique avec Adi?

Pour le moment, c’est encore Adi qui est le plus exposée au plastique à la maison.

Pour ramasser ses crottes, nous utilisons les sacs en plastique fournis par la mairie. Parfois nous réutilisons des sacs en papier mais ici à Bilbao il pleut souvent et ce n’est donc pas l’idéal.

En ce qui concerne les croquettes, nous avions trouvé une marque qui les vendais en boîtes en carton, Lily’s Kitchen, mais il s’agit d’une marque anglaise que nous ne trouvons plus actuellement. Aujourd’hui nous achetons les croquettes en sacs en plastique mais nous achetons de grands sacs qui durent longtemps.

Il y a peu, nous avons commencé à utiliser un shampoing solide pour la baigner et la brosse ramasse-poils que nous utilisons pour nettoyer le canapé est en bois et caoutchouc.

 

Et pour votre petit garçon?, pas trop compliqué d’éviter le plastique?

Sur ce terrain là nous avons eu de la chance. La crèche a tout de suite accepté d’utiliser nos couches réutilisables et nous apportons ses couverts, son verre et sa boîte repas en acier inoxydable.

Il reste des fois un peu de plastique, souvent des cadeaux que lui font certains proches. Mes parents respectent plutôt bien le fait que nous ne voulons pas qu’il soit en contact avec du plastique mais parfois on échappe pas à une petite sucette et son bâtonnet…

Mais par exemple, sur les ballons je suis inflexible. Ils échappent trop facilement aux enfants, s’envolent et terminent dans la mer.

 

Quels sont les choses qui vous paraissent encore trop compliqué à changer?

Pour vivre complètement sans plastique il faut tout d’abord renoncer à manger certaines choses. Par exemple, les chips , et même si nous n’en mangeons pas souvent, nous en consommons de temps en temps.

Même chose avec les cosmétiques. Par exemple, je n’ai pas encore trouvé d’eau démaquillante qui me conviennent et qui n’ai pas de bouteille plastique. Nous essayons de prioriser le plastique à usage unique, mais ma bouteille de démaquillant me dure presque 6 mois…

Nous n’utilisons pas non plus de dentifrice solide mais nous compensons avec un fil dentaire en soie naturelle et des brosses à dents en bambou.

Cela n’a pas de sens d’éliminer tout les objets en plastique sans réfléchir. Par exemple mon peigne est en plastique mais on me l’a offert lors de ma communion et il est encore impeccable. Cela n’a pas de sens de le changer par un peigne en bois aujourd’hui. J’attendrai qu’il se casse.

Il ne faut pas chercher à faire les choses parfaitement, on ne peut pas être en permanence en train de s’auto évaluer. En plus nous sommes loin, nous les consommateurs d’être responsable de tout ce plastique. C’est surtout la responsabilité des entreprises, des gouvernements… Nous on fait ce que l’on peut.

 

Quel est votre prochain défi pour réduire votre consommation de plastique?

Nous sommes très intéréssées par la question des microfibres des vêtements. Cela nous semble très difficile mais c’est notre prochain défi!

 

En plus de réduire votre plastique, avez-vous d’autre écogestes à partager avec nous?

Nous n’avons tout simplement pas de voiture. Nous attendons que de bonnes voitures électriques à prix abordable sortent pour en acheter une. Mais pour le moment nous nous débrouillons très bien sans.

Une autre chose que nous avons mis en place, c’est réduire notre consommation, pas seulement de plastique, mais en général.  J’avoue que personnellement j’ai eu une phase très consumériste (rire), à une époque, j’adorais le maquillage, et à chaque nouveau je me précipitais sans réfléchir pour l’acheter. Aujourd’hui j’achète beaucoup moins.

Les vêtements. Par exemple, je « trouve » mes nouveaux vêtements dans mon placard. Je m’explique, dernièrement au lieu d’acheter de nouveau vêtement je fouille bien dans mes placards et je retrouve des habits que je n’ai pas mis depuis 3 ans du fait de ma grossesse et de mon allaitement.

À la maison nous sommes aussi très portées sur les économies d’eau ( c’est ma petite « écomanie ») et nous avons choisi un tarif d’électricité très ajusté. Nous ne pouvons donc pas faire fonctionner le machine à laver et le four en même temps sans que les plomb ne sautent. Mais bon, nous préférons ça et ne pas trop consommer.

 

Un conseil pour les personnes qui souhaitent réduire leur consommation de plastique?

En cas de famille et proches hermétiques au sujet, se construire une bonne carapace et éviter ce sujet avec eux.

Mais aussi je pense qu’il est important de ne pas tomber dans l’excès. La question ce n’est pas de jeter tout le plastique de la maison en une journée.

Et surtout ne pas se mettre trop de pression et ne pas chercher la perfection. Personne n’est parfait.

On fait comme on peu, et chaque succès est une victoire si petit qu’il soit.

Et surtout, soyez patient 🙂

Merci beaucoup Igone! Nous avons été ravies de connaître votre expérience de vie sans plastique.

 

N’hésitez pas vous aussi à partager votre expérience, vos doutes et vos questions en commentaire de cet article.

N.B.1: Et souvenez-vous, pendant tout le mois de Janvier, 5% des ventes seront dédié au sanctuaire et refuge pour animaux marins EQUINAC.

]]>
http://blog.sinplastico.com/fr/voici-comment-cette-famille-reduit-sa-consommation-de-plastique/feed/ 0
EN JANVIER, VOS ACHATS PROTÈGENT LA BIODIVERSITÉ. http://blog.sinplastico.com/fr/en-janvier-vos-achats-protegent-la-biodiversite/ http://blog.sinplastico.com/fr/en-janvier-vos-achats-protegent-la-biodiversite/#respond Tue, 07 Jan 2020 08:30:14 +0000 http://blog.sinplastico.com/?p=65275 Si vous nous suiviez déjà l’année dernière, vous vous en souviendrez.

En Janvier, nos avions décidé de remplacer les soldes par une collaboration avec la Fondation Surfrider.

Au début, nous n’étions pas certaines du résultat de cette opération mais nous avons vite vu que cette initiative, en réaction au système de surconsommation, a été très saluée et nous avons pu récolter plus de 1000€ pour la protection des océans.

Avec cet argent, Surfrider a pu réaliser des actions de sensibilisation et d’éducation à l’environnement et a pu :

  • Soutenir le programme de bénévolat Ocean Initiatives : en soutenant des actions de nettoyage de plage organisées pas des bénévoles sur les côtes atlantiques et méditerranéennes.
  • Faire du lobbying : en collaborant avec d’autres ONGs et associations afin de demander aux gouvernements des changements de législation sur la question du climat et de la pollution des océans.
  • Réaliser des actions d’éducation et de sensibilisation du grand public : en proposant des ateliers et conférences d’information et de conseil pour aider les gens à changer leurs habitudes de consommation et ainsi réduire leur impact environnemental.

Pas mal comme résultat, non ?

Face à ce succès, nous avons donc décidé de recommencer cette année.

5% DE VOS ACHATS POUR L’ASSOCIATION EQUINAC

Cette année nous reverserons 5% de nos ventes à l’ Association Equinac, qui se consacre au sauvetage et à la préservation d’animaux marins en méditerranée comme les cétacés, les tortues marines, et même les animaux de cirques dans leur centre de conservation situé à Alméria dans le Sud de l’Espagne.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur leur site internet : www.asociacionequinac.org

POURQUOI NOUS PRÉFÉRONS COLLABORER AVEC UNE ASSOCIATION PLUTÔT QUE DE PARTICIPER AUX SOLDES

Chez Sinplástico nous ne souhaitons pas que notre travail incite à la surconsommation.

Pour cela, nous réalisons depuis plusieurs années des actions qui ont pour but de faire réfléchir sur le modèle de consommation actuel et sur une autre façon de consommer :

  • Nous ne faisons de soldes ni en janvier ni en été, et nous réservons nos quelques campagnes promotionnelles à des dates qui ont du sens comme la Journée mondiale des animaux.
  • Lors du dernier Black Friday nous avons simplement décidé de fermer notre boutique en signe de protestation contre cette date promouvant une consommation frénétique juste avant les Fêtes de fin d’année.
  • Nous travaillons de façon la plus complète possible la description de nos produits afin que vous vous assuriez qu’ils correspondent à ce que vous recherchez avant de les acheter.

Vous souhaitez être informé.e du montant du don que nous ferons à l’association Equinac?

Inscrivez-vous à notre newsletter et nous vous donnerons des nouvelles début Février.

]]>
http://blog.sinplastico.com/fr/en-janvier-vos-achats-protegent-la-biodiversite/feed/ 0