En France, une famille de 4 personnes produit plus de 1600 tonnes de déchets par an. Sachant que seulement 37% de ces déchets sont recyclés, nous prenons la mesure de leur impact environnemental, économique et sanitaire.C’est pour cela que plus que jamais la doctrine du meilleur déchets est celui qui n’existe pas, est impérative à mettre en place dans notre société.

Cependant, une vie sans déchets est-elle possible?

waste of 2014La réponse (positive) à cette question c’est la famille californienne Johnson qui nous la donne.

En 2007, suite à un déménagement, Béa, la mère de famille, a décidé de commencer une vie sans déchets. Depuis, la famille Johnson a réduit progressivement ses déchets et sa poubelle annuelle tient aujourd’hui dans un bocal d’un litre.

 

 

Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler et Composter

Pour atteindre cet objectif, la famille applique 5 règles: Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler et Composter. Et Béa insiste que le recyclage vient en dernier recours. Voici quelques gestes de base pour une vie sans déchet:

  • La majeure partie de nos déchets sont des emballages. Pour les éviter, Béa fait ses courses en vrac. Elle emmène ses propres contenant au supermarché où elle les remplit pour ensuite les ranger directement dans le réfrigérateur ou les placards de la cuisine.

  • Pour les vêtements, la famille privilégie les magasins d’occasion, et permet ainsi de prolonger la vie des habits qu’ils achètent.

  • Béa est aussi devenue la reine de la récup’. D’un pantalon trop court elle fera un short et des petits sacs avec les chutes de tissu. Elle profite aussi de ses vieux drap pour fabriquer ses sacs de courses.

  • Enfin, Béa insiste sur l‘importance d’éviter l’accumulation d’objets non nécessaires. Par exemple, elle explique qu’accepter un stylo gratuit lors d’une conférence si nous n’en avons pas besoin crée une demande artificielle.

La vie sans déchet et la qualité de vie.

Bien que ce mode de vie puisse paraître un peu complexe à mettre en place, pour les Johnson les gestes sans déchets sont devenus des réflexes quotidiens et ils ont vu leur qualité de vie s’améliorer:

  • Tout d’abord c’est très positif pour le porte monnaie. Béa nous explique que sa famille a fait près de 40% d’économies grâce à leur vie sans déchet.

  • Les effets positifs se font aussi ressentir en terme de liberté, vivre sans déchets et le minimalisme qui l’accompagne simplifie la vie. Par exemple, une garde robe réduite à son minimum évite de passer du temps à choisir quoi porter. Comme le dit Béa de façon très juste,  » Au final, nous portons toujours les mêmes vêtements”.

  • Grâce à ce mode de vie , les Johnson sont aujourd’hui très résistants à la surconsommation, et aux besoins artificiels que nous créent les grandes entreprises et leurs marques. Cela leur a permis de vivre en accord avec leurs valeurs et leurs besoins réels.

  • De plus, l’achat en vrac est bien meilleur pour la santé et la nutrition. En conservant les aliments dans des bocaux en verre, ces derniers conservent toute leur saveur et ne sont pas contaminés par les particules des emballages plastiques.

  • Enfin, Béa explique que le fait de n’acheter que le nécessaire, permet de consacrer beaucoup plus de temps (et d’argent), à des activités bien plus essentielles et enrichissantes.

Si vous souhaitez en savoir plus sur Béa Johnson et sa vie sans déchet, retrouvez tous ses conseils sur son Blog Zero Waste Home ou dans son livre Zéro Déchet.

9782290095140_ZeroDechet_couv.indd