En tant que projet comptant une boutique en ligne et dont l’objectif est de participer à la construction d’un monde plus respectueux de la planète grâce à un site internet, une thématique nous occupe l’esprit depuis longtemps: l’impact environnemental numérique.

Car bien qu’internet soit un outil merveilleux en terme d’accès à l’information et à des canaux de consommation plus vertueuse, son usage n’est pas sans impact sur l’environnement.

C’est pour cette raison que ces derniers mois, nous avons décidé d’étudier la question en profondeur et nous souhaitons partager ici les conclusions auxquelles nous sommes arrivées.

Il nous parait important que les gens sachent:

  1. Que le problème existe et que l’impact environnemental est réel.
  2. Qu’il existe des solutions pour réduire notre impact numérique, en particulier en ces temps de télétravail.

Nous avons donc demandé à Marion, co-fondatrice de Sinplástico qu’elle nous raconte tout ce qu’elle a découvert et ce qu’elle a mis en place dans sa vie quotidienne pour réduire son empreinte écologique numérique.

BANNER

Qu’est-ce que l’empreinte écologique numérique?

L’empreinte écologique numérique correspond au total des gaz à effet de serre émis lorsqu’une personne utilise internet (envoi d’e-mails, utilisation des serveurs pour stocker les documents, recherches sur le web, etc.). Elle s’exprime en grammes, kilogrammes ou tonnes de CO2.

Cette empreinte écologique numérique peut aller de 0 gramme pour une personne qui n’utilise jamais internet à 1,6 kg par jour, uniquement pour l’envoi et la réception d’emails, pour une personne qui utilise internet dans son travail.

Pourquoi est-il important de prendre conscience de notre empreinte écologique numérique ?

On estime que la quantité d’ émissions de gaz à effet de serre due à l’usage d’Internet est supérieure à celle produite par l’ensemble des trajets en avion.

Voici quelques chiffres pour votre faire une idée :

  • Un e-mail émet 4 grammes de CO2 . Mais, si on ajoute une pièce jointe, il peut atteindre les 50 grammes.
  • Une recherche sur Google émet entre 2 et 7 grammes de CO2, autant que la préparation d’une tasse de thé.

Mais l’empreinte écologique numérique ne correspond pas uniquement à nos recherches et nos e-mails.
Les plateformes de streaming sont en grande partie responsables de l’augmentation explosive des missions de CO2 liées à notre usage d’internet. Par exemple, Netflix et Youtube représentent à elles deux 50 % du trafic internet en Amérique du Nord aux heures de pointes.

De fait en 2019, Netflix a publié un rapport montrant que sa consommation globale atteignait 451.000 megawatts/heure par an, soit l’équivalent de la consommation totale d’énergie de 37.000 foyers.

 

Les éco-gestes de Marion qui vous aideront à réduire votre empreinte écologique numérique

1. Limitez vos envois d’emails:

Chez Sinplástico nous travaillons à limiter nos envois de courriers électroniques. Par exemple nous limitons les mails internes, nous réduisons le nombre de destinataires et nous ne nous envoyons plus de mails de simples remerciements entre collègues.
Et ce n’est pas parce que nous ne sommes pas polies les unes avec les autres 🙂 Mais comme l’explique cet article de la BBC, si tout le monde au Royaume Uni arrêtait d’envoyer des e-mails de remerciement, ce serait 16.433 tonnes de CO2 non émises chaque année soit l’équivalent de 3.334 voitures roulant au Diesel.
De plus, en tant qu’entreprise, nous n’envoyons jamais plus de 4 newsletter par mois à notre base de donnés et nous avons rédigé un petit guide de bonnes pratiques à l’attention de l’équipe et de nos collaboratrices externes.

2. Réduisez la taille de vos pièces jointes (en particulier les images et les vidéos):

Les pièces jointes sous forme d’images et de vidéos augmentent de façon considérable les émissions de CO2. Avant d’appuyer sur « Envoyer », réduisez la taille des pièces jointes ou utilisez des plateforme d’échange de dossier via un lien comme Wetransfer ou Google Drive.

3. Travaillez à l’aide de documents partagés:

Au lieu d’envoyer des dizaines d’e-mails internes ou externe sur un même sujet, changez vos habitudes de travail et utilisez des documents partagés qui permettront de commenter, corriger et valider des textes et projets sans envoyer un seul e-mail.

 

4. Éliminez les mails dont vous n’avez plus besoin:

Vous avez reçu un e-mail que vous n’avez pas besoin de stocker… éliminez-le. De même pour ceux comportant des questions dont vous avez reçu la réponse, les emails publicitaites ou même les documents de travail caduques. Et pensez bien  à vider la corbeille de temps en temsp sinon vos éléments supprimés y resteront stockés.

 

5. Désinscrivez-vous des Newsletter que vous ne lisez pas :

Si vous êtes inscrit.es à une newsletter que vous ne lisez jamais, désinscrivez-vous. Ce sera un soulagement pour la planète et pour vous car cela vous permettra d’avoir une boîte mail bien moins encombrée. En plus cela permettra aux entreprises d’avoir un vision plus réaliste du nombre de personnes véritablement intéressées par les informations qu’elles envoient à leur base de données.

6. Partez à la recherche d’un fournisseur internet plus vert

Chez Sinplástico nous nous sommes renseignées pour nous assurer que notre serveur internet est bien alimenté avec des énergies vertes. C’est le cas et nous en sommes vraiment heureuses. N’hésitez pas, à en faire de même dans votre entreprise.

 

7. Éteignez votre ordinateur :

Un geste basique mais toujours d’actualité. Si vous avez fini de travailler, mais aussi si vous partez en pause déjeuner, fermez les onglets et fenêtres et éteignez votre ordinateur pour faire des économies d’énergie.

 

8. Informer les autres:

N’hésitez pas à parler de ce sujet trop peu connu avec vos proches et vos collègues. Par exemple, chez Sinplástico nous venons de changer notre signature d’e-mail en y incluant quelques conseils de bonnes pratiques numériques.

 

9. Réduisez votre usage des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont pensés pour créer une dépendance à leur utilisation et pour que nous restions collées des heures et des heures à nos écrans.
Et ça c’est nocif pour notre santé, notre niveau de stress mais aussi pour l’environnement. Cette addiction aux réseaux sociaux ce sont des kilos de CO2 que nous pourrions facilement éviter.
Quelques astuces : si vous n’utilisez pas un de vos réseaux éliminez-le votre comptes. Et pour ceux que vous utilisez désactivez les notifications et posez-vous des horaires pour ne pas les consulter en permanence.

10. Revenir à des façons « non connectées » d’occuper votre temps lire.

La majeure partie d’entre nous n’ont pas d’autre choix que d’utiliser Internet pour travailler et c’est très bien en soi. Mais il est possible de réduire notre usage d’internet en dehors des horaires de travail.
De temps en temps, essayez de déconnecter. Substituez les écrans par de la lecture, des jeux en famille, des promenades au grand-air ou simplement une conversation autour du dîner avec vos enfants, vos colocataires. Prenez-soin de vos plantes, jouez avec votre chat, dégourdissez-vous les jambes avec votre chien, cuisinez, chantez, dansez… Bref profitez d’activités qui vous permettront de baisser vos émissions de CO2 mais certainement aussi d’augmenter votre niveau de bien être.

Nous espérons que cet article vous aura été utile pour commencer à réduire votre empreinte écologique numérique..

 

Aviez-vous déjà réfléchis à votre empreinte digitale ? Quelles sont vos astuces pour la réduite ?

N’hésitez pas à participer dans les commentaires