Tout d’abord, nous voulons vous souhaiter une très bonne année. 2015 est pleine de challenges et chez Sinplástico nous souhaitons vous encourager à continuer de participer au changement vers un monde moins dépendant du plastique.

Pour commencer cette année avec optimisme, nous avons choisit dans cet article de vous raconter l’histoire de Beth Terry, référence en matière de vie sans plastique.

Beth vit à Oakland -Californie- et dénonce depuis 2007 le problème que représente la consommation excessive de plastique en proposant de l’information sur les alternatives possibles, et en sensibilisant à la réduction de l’usage du plastique par de nombreuses campagnes et conférences.

Beth Terry

Tout à commencer en Juin 2007, alors qu’elle se remettait d’une opération, lors de la lecture d’un article intitulé « Our oceans are turning into plastic…Are we? » (« Nos océan se transforment en plastique…Et nous? »). L’article était accompagné d’une photo montrant le squelette d’un grand oiseau marin mort sur une plage dans lequel on pouvait nettement distingué un quantité impressionnante de bout de plastique que l’animal avait ingéré, les confondant avec de la nourriture.

La vue de ces bouts de plastique, objets ou morceaux d’objets d’usage quotidien comme des bouchons de bouteille, des briquets ou des brosses à dents lui firent comprendre que nos actes de consommations quotidiens peuvent avoir un impact dramatique sur les autres êtres vivants de notre planète.

La semaine suivante, elle s’engageât à ne plus consommer de plastique et à partager son expérience sur son blog, www.myplasticfreelife.com sur lequel elle partage des informations et propose des conseils pour vivre sans plastique.

Beth affirme que le changement chez une seule personne peut faire la différence et que nos actes personnels, si petits qu’ils soient, ont de l’importance. Voici les huit raisons qu’elle donne pour se convertir à la vie sans plastique:

  1. Arrêter de faire du mal aux autres êtres vivants: nos déchets tuent des millions d’animaux et polluent l’environnement.

  2. Protéger notre santé et celle de notre famille: les plastiques contiennent des additifs (Phtalates, bisfénoles ou dioxynes) très dangereux pour la santé.

  3. Soutenir la création d’entreprises éthiques: la recherche d’alternatives au plastique favorise la création d’entreprise ayant une responsabilité environnementale.

  4. Développer notre créativité et confiance en soi: la création de nos propres alternatives au plastique ( dentifrice, crèmes, nourriture), réparer et prêter nos objets, partager nos idées et faire preuve d’imagination.

  5. Ré-examiner nos valeurs: nous demander ce qui est vraiment important et nécessaire pour revenir à l’essentiel.

  6. Être plus exigeants: demander à nos marques habituelles et aux entreprises avec lesquelles nous travaillons de réduire leur usage de plastique.

  7. Militer pour un changement global et durable: participer à des campagnes de sensibilisation et se mobiliser pour que nos gouvernements travaillent à ce changement.

  8. Être un exemple pour les autres: chacun de nos gestes, comme faire nos courses avec un sac en toile, incite d’autres à en faire de même.

En conclusion, Beth nous assure que nous avons le pouvoir de changer le monde en consommant autrement, c’est à dire en consommant ce dont nous avons vraiment besoin et non ce qui nous est « imposé ».

Il ne s’agit pas uniquement de refuser le plastique, mais bien de prendre conscience de comment nous vivons pour pouvoir changer nos habitudes, car, comme le dit très bien Beth, « … ce que réellement, nous apprécions, aimons et qui nous rend heureux ne sort pas d’un sac plastique ».