Lorsque nous entreprenons une transition pour réduire notre consommation de plastique et notre production de déchets la première chose que nous faisons c’est de mettre en place petit à petit de nouvelles habitudes de consommation: emporter notre gourde en inox au bureau, toujours avoir un sac en toile avec nous, faire nos courses en vrac en utilisant nos propres récipients , commencer à utiliser des savons  et des shampoings solides. …

Tous ces petits gestes sont très utiles pour commencer.

Mais pour nous, le véritable changement de vie a commencé lorsque nous avons commencé à mettre en place de nouvelles habitudes mentales profondes qui nous ont permises de réduire de façon durable et encore plus efficace notre consommation de plastique.

Aujourd’hui, nous avons donc décidé de partager avec vous ces cinq habitudes mentales qui sont au coeur de notre mode de vie et qui nous aident à réduire notre consommation de plastique:

  1. S’habituer à penser à ce dont nous avons besoin et non à ce dont nous avons envie

Une des choses qui nous a beaucoup étonnées au début de notre transition vers une vie sans plastique a été l’intense connexion entre le plastique et le consumérisme.  La culture du jetable, la création de faux besoins, les achats irréfléchis….Bref, tous ces outils de la société de consommation qui sont très liés à la surconsommation de plastique.

La bonne nouvelle c’est qu’assez rapidement nous nous sommes rendu compte qu’il était tout à fait possible de couvrir nos besoins essentiels sans utiliser de plastique. Nous avons donc pris pour habitude, avant d’acheter quelque chose qui est emballé dans du plastique de bien nous demander si réellement nous en avons besoin et s’il n’existe pas une alternative zéro-déchet. Ceci nous a permis de mettre en place une consommation réfléchie et donc bien plus raisonnable.

 

  1. Commencer à dire “non, merci :-)”

Un petit bonbon emballé dans du plastique sur le bureau de la banquière, un ballon gratuitement offert aux enfants en fin de repas au restaurant, un échantillon de parfum…la grande majorité des cadeaux publicitaires sont en plastique (ou emballés dans du plastique).

Refuser, dire “non, merci” peut parfois être un peu compliqué au début mais c’est un très bon réflexe qui nous a permis de beaucoup réduire l’entrée massive de plastique chez nous (qui n’a pas un tiroir plein d’échantillons et autres goodies commerciaux).

Et lorsque la personne qui nous offre cet objet, pleine de bonnes intentions insiste, nous lui expliquons alors pourquoi nous refusons: “Merci beaucoup mais nous essayons de réduire notre consommation de plastique et nous n’avons pas besoin de cet objet. Offrez-le à une personne qui en a vraiment besoin :-)”.

Tout cela avec le sourire et le tour est joué.

 

  1. Oser partager vos succès, vos objectifs et vos échecs.

Une des choses qui nous a aidé à avancer sans nous démotiver ça a été de partager avec notre entourage, et dans notre cas sur notre blog et nos réseaux sociaux, nos succès et nos échecs.

Parler de  notre démarche avec nos proches et, en général avec les personnes qui nous entourent, leur raconter où nous en sommes et quelles sont nos prochaines étapes à trois grands bénéfices :

Tout d’abord, en racontant ce que nous avons appris, nous avons appris plus vite, et donc nous avons avancé plus vite dans notre transition. En plus, la grande majorité des gens vous envouragera et reconnaîtrons vos efforts ce qui est très motivant. Enfin, c’est la meilleure façon de les sensibiliser à la question et les amener à commencer à réduire leur consommation de plastique.

  1. Penser à l’impact environnemental mais aussi à votre santé et à celle de votre famille

Une des choses qui nous a le plus motivées, en plus de la question de notre impact environnemental, a été la question de l’impact que peut avoir le plastique sur notre santé (Retrouvez plus d’informations à ce sujet dans notre article dédié aux perturbateurs endocriniens).

Bien souvent, le fait de savoir que le plastique qui emballe un aliment ou dont est fabriqué un jouet peut avoir un impact sur notre santé ou celle de nos enfants, nous amène automatiquement à ne pas l’acheter.

Savoir qu’un produit peut être mauvais pour notre santé freine assez facile l’impulsivité de l’achat.

 

  1. Rester calme

Nous avons toujours gardé en tête que réduire notre consommation de plastique dans une société plastifiée est une démarche longue qui requiert de l’endurance. Les jours où nous achetons un aliment emballé dans du plastique ou si nous ne pouvons éviter un sac plastique nous le prenons toujours de façon philosophe.

Il est important de ne pas se démotiver ni culpabiliser. Comme le disait Igone dans notre premier volet de notre série sur les familles sans plastique: « personne n’est parfait ». Le fait même d’être dans une démarche de réduction de votre empreinte écologique et de votre réduction de plastique c’est très positif et doit être une source de fierté. Ce qui compte c’est de croire à ce que l’on fait et de le faire au rythme qui nous convient et qui convient à notre famille.

 

Qu’en pensez-vous? Appliquez-vous ces habitudes mentales?

N’hésitez pas à réagir et à partager ce qui vous aide à vivre sereinement votre transition à une vie moins plastique.

Nous avons hâte de lire vos commentaires.